jeudi 26 juillet 2007

Ron Paul interroge Ben Bernanke sur la politique monétaire des Etats-Unis

Vidéo d’un échange entre Ron Paul et Ben Bernanke (Chairman de la Fed) sur les conséquences de politique monétaire des Etats-Unis.


Ron Paul : Nous avons un taux d’épargne négatif.

Si nous avions un vrai système capitalistique, ce serait grave parce que sans épargne, nous n’aurions pas de capital pour investir.

Aujourd’hui avec notre système monétaire nous avons recours à d’autres solutions. Nous pouvons créer du crédit et de la monnaie à volonté (« out of thin air »), et cela détruit le capital existant en lui volant de la valeur (ndlr: dilution) et nous cela fait longtemps que nous le faisons.

Littéralement c’est le processus de l’inflation.

De plus nous devons emprunter à l’étranger et on nous le permet parce que nous avons la monnaie de réserve du monde (ndlr :les Etas-Unis sont exportateurs de devises). Nous exportons ainsi notre inflation et cela semble être « tout bénéfice» pour nous.

Combien de temps pouvons-nous continuer à tromper le monde ?

A avoir un déficit des comptes courants de 6% alors que nos emplois productifs partent à l’étranger.

Est-il concevable de vivre de la formation de capital en créant de la monnaie à partir du néant ? Si c’est le cas, nous n’aurons plus jamais à aller travailler. Si c’est vrai…

A mon avis ces problèmes sont la conséquence d’un système monétaire qui décourage l’épargne et nous permet d’avoir un tel comportement irresponsable («a free ride* ») parce qu’il y a toujours beaucoup de confiance dans le dollar.

Bien que cette confiance diminue chaque jour et je pense que nous devons regarder les conséquences de ce que cela signifie pour nous.

Ben Bernanke : Congressman, vous avez entièrement raison, nous dépendons aussi beaucoup des emprunts à l’étranger ce qui équilibre notre déficit et notre balance des comptes courants.

Je pense que cette situation est maintenable encore un moment parce que les étrangers semblent toujours intéressés dans l’achat d’actifs américains, nous avons un marché financier profond et liquide (ndlr :on peut réaliser son actif rapidement).

Mais je suis d’accord avec vous que ce n’est pas une situation tenable sur le long terme.

*Free rider = s’emploie en économie pour désigner quelqu’un qui utilise un bien collectif sans vouloir assumer sa part des dépenses (passager clandestin, …).