mardi 19 juin 2007

Terminologie : Libéral, Libertarien, Libertarian, Libertaire, Libéral-libertaire, Libertin

Voici une compilation de définitions disponibles sur Internet pour mieux comprendre ces différents termes trop souvent sources de confusion. Merci à un illustre internaute (cf commentaire du message précédent :) de nous avoir donné l'occasion de rédiger cet article depuis trop longtemps remis au lendemain.


Libéral ou liberal

Le terme "libéral" a un sens assez clair en français, et ceux qui s'en réclament défendent bien, au sens large, le libre-échange, les libertés économiques, l'économie de marché, les droits individuels, etc. tandis que leurs adversaires s'y opposent et reconnaissent bien le libéralisme comme ennemi idéologique.

Ce n'est pas le cas en anglais puisque la gauche sociale-démocrate américaine a repris "liberal" tandis qu'en Angleterre "'liberalism" a plus ou moins gardé son sens originel. (Source : Liberpedia)


Libertarien ou libertarian

Les libéraux américains ont donc repris "libertarian" qui avait alors un sens proche de "libertaire", mais avec une tradition plus individualiste et moins collectiviste qu'en France. Le libertarianisme est l’héritier du libéralisme classique.

Comme les libertarians américains contemporains sont généralement "plus libéraux" – c’est à dire en fait sont des libéraux plus cohérents – que bon nombre de ceux qui se réclament du libéralisme au sens large en Europe (certains étant carrément des pseudo-libéraux, se rapprochant par leurs positions non-libérales des liberals américains), "libertarian" a un sens plus précis que "libéral". C'est pour cette raison que certains libéraux francophones européens choisissent malgré tout de l'utiliser pour éviter toute confusion avec un libéralisme "mou", voire un pseudo-libéralisme démocrate-social.

Libertarien est un anglicisme (et plus précisément un américanisme) tiré de libertarian et lancé par Henri Lepage dans les années 1970.

Pour les libéraux francophones les plus "radicaux", "libertarien" dans le monde francophone européen a pris au fil des années un sens encore plus précis que "libertarian" en Amérique du Nord, devenant pratiquement synonyme d'anarcho-capitaliste (pratiquement car certains qui s'appellent libertariens se reconnaissent plus dans le minarchisme en tant que théorie de la société avec Etat ultra-minimal en opposition à la société de pur Droit privé).

Sur une échelle de "degré de libéralisme" il y aurait donc d'abord "libéral", puis "libertarian", et enfin "libertarien" (la méconnaissance de ces subtilités sociologico-linguistico-sémantiques est source de nombreuses erreurs et malentendus…). (Source : Liberpedia)


Libertaire ou Libéral-libertaire

Les libertaires constituent, comme les libertariens, un courant philosophique théoriquement opposé à l'État et à l'autorité. Il s'agit toutefois d'une variante anarchiste de gauche, parfois aussi appelée anarcho-communisme ou anarcho-socialisme. Les libertaires prônent non seulement la liberté, mais aussi l'égalité totale de condition entre les citoyens. Ils croient que celle-ci surviendra si on abolit non seulement l'État, mais en plus la propriété privée et le marché. Leur modèle économique est centré sur l'autogestion, c'est-à-dire le contrôle à la base des moyens de production par les travailleurs, sans propriétaire ni hiérarchie. Historiquement, c'est un mouvement qui a eu assez peu d'influence, qui a tendance à se confondre dans la mouvance socialiste et qui a été lié à des actions et manifestations violentes. (Source : Le Québécois Libre)

Les penseurs libertaires par excellence sont les révolutionnaires russes Kropotkine et Bakounine. À part leur antiétatisme, ils n'ont strictement rien en commun avec des libéraux classiques tels Adam Smith ou Frédéric Bastiat, dont ils ont toujours combattus les idées. (Source : Le Québécois Libre)

Libéral-libertaire est un terme forgé en 1972 par le philosophe et sociologue marxiste Michel Clouscard dans son livre « Néofascisme et idéologie du désir » (voir aussi La genèse du libéralisme libertaire – ndlr : lien donné à titre indicatif, je n’ai pas réussi à lire cette prose marxiste dans son intégralité ; je suis preneur d’un résumé ; avis aux amateurs !).

Selon Clouscard, le capitalisme de la séduction à visage libéral libertaire découle de l’évolution même du mode de production capitaliste. Il témoigne d’un saut qualitatif des quantités accumulées qui, à un certain moment, accèdent à une structure libertaire de la société. Avec le libertaire, le libéralisme accomplit son concept. Jusqu’à la catastrophe. Clouscard parle alors de néo-fascisme.

Mai 68, dans ses aspects gauchistes estudiantins, fut pour lui une contre-révolution libérale, cheval de Troie du libéralisme libertaire. Il désigne le marché du désir, la société de la confusion de la liberté et de la libéralisation, la permissivité pour le consommateur et la répression pour le producteur. Tout cela, selon lui, pour sauver le capitalisme en crise radicale. Il n'est pas étonnant que Daniel Cohn-Bendit se soit revendiqué lui-même « libéral libertaire » (en 1999). (Source : Wikipédia)


Libertin

Les libertins sont des gens « libérés » sexuellement et moralement, qui rejettent les conventions généralement acceptées et qui s'adonnent à des plaisirs charnels de façon immodérée.

5 commentaires:

Fred a dit…

Je suis tombe par hasard (hum...) sur une copie de Sicko, le dernier film de Michael Moore. Il y a des chances pour que ce documentaire fasse de la couverture universelle un sujet chaud de cette campagne présidentielle. Or j'imagine que Ron Paul y serai opposer, non?
Pourtant je pense que c'est un des seuls domaines ou l'économie de marché est un échec. Evidemment une gestion peu efficace du gouvernement est a peine mieux...

Emmanuel a dit…

Je n'ai pas encore vu le film, mais je pense que l'Etat américain ne joue pas son rôle de régulateur en laissant toute liberté aux groupes pharmaceutiques pour empoisonner les individus en leur faisant croire qu’une pilule est la solution miracle à tous leurs problèmes.

Emmanuel a dit…

Vu le film Sicko, cela confirme la soumission (voir corruption) totale de l'Etat américain aux industries de la santé (Groupes pharmaceutiques et assureurs). L'Etat a abandonné son rôle de régulateur et protecteur de ses citoyens au profit des intérêts financiers d'une caste.

Il pose aussi la question de la necessaire solidarité (encore que je n'aime guère ce mot trop galvaudé) dans une perspective libérale, et là je suis hésitant...

Anonyme a dit…

^^ nice blog!! ^@^

徵信,徵信,徵信,徵信,徵信,徵信社,徵信社,徵信社,徵信社,徵信社,

Chibounidia a dit…

http://fr.liberpedia.org/Lib%C3%A9ral-libertaire